Assurez votre garage avec Bessé via +Simple

Assurez votre garage avec Bessé via +Simple

5 conseils pour analyser au mieux votre contrat d’assurance professionnelle

02 septembre 2019

Créer son garage en tant qu'entrepreneur, c'est aussi planifier et se protéger des risques inhérents à votre activité. Vous devez alors souscrire un contrat d'assurance professionnelle. Garagesconseils vous aide à déceler les points essentiels afin de choisir le contrat le meilleur.

 

1.    Assurez-vous que votre contrat correspond bien à votre activité

Lors de la souscription d’un contrat d’assurance, vous faites un descriptif de votre risque à l’assureur. Cette déclaration lui permet d’apprécier les éléments constitutifs de votre risque et d’établir une tarification. Assurez-vous alors que l'assureur a bien repris les éléments que vous lui avez donnés, par exemple :
•    La définition précise et complète de votre activité - je suis bien mécanicien et non carrossier par exemple.
•    Une bonne identification du site exploitation – mon garage fait 100m carrés, se situe dans la rue...
 
Cette déclaration doit être précise et exacte afin que vous soyez bien couvert. Imaginons que vous déclariez que votre garage fait 100 m² mais que les informations dans le contrat d'assurance indiquent 80 m² : vous risquez alors de ne pas être remboursé en cas de sinistre ou d’être pénalisé en cas d’indemnisation si le contrat ne correspond pas à la réalité !  
 

2.    Vérifiez le montant des valeurs assurées


 Les valeurs assurées sont primordiales car elles vous permettent d'être certain d'être bien remboursé en cas de sinistre majeur. Pour cela, il faut que dans votre contrat apparaissent de façon claire et précise les capitaux auxquels vous avez souscrits :
•    Valeur du bâtiment
•    Valeur du matériel et mobilier de votre garage
•    Valeur des marchandises entreposées
•    Valeur des véhicules
 
Cette déclaration vous assure une bonne appréciation de la valeur totale du risque. Que peut-il se passer en cas de sous-assurance ? Votre couverture peut se révéler insuffisante en cas de sinistre majeur. Vous serez alors perdant.

Sur ce point, nous avons interrogé Jean Colin, Directeur chez Bessé Motors :

 

“Chez Bessé, nous fixons directement la Limitation Contractuelle d’Indemnité à 3 millions d'euros sans aucune sous-limite ; ce qui permet d’assurer une bonne indemnisation en cas de gros pépin !”

 

 

3.    Faites attention aux franchises


Une franchise est la somme qui reste à la charge de l'assuré à la suite d'un sinistre et qui ne sera donc pas remboursée par l'assureur. Il existe deux types de franchises :
 
•    La franchise relative ou simple : Vous serez indemnisé si le montant du sinistre dépasse le montant de la franchise, et ce de façon intégrale. Par exemple, si vous êtes assuré avec une franchise bris de glace à 150 € mais que le sinistre est de 80 €, vous ne toucherez rien. En revanche, si le sinistre est de 300 €, vous serez remboursé intégralement.
 
•    Les franchises absolues : Vous ne serez indemnisé que si le montant du sinistre est supérieur à la franchise. Dans ce cas, vous ne recevrez que la différence entre le montant du sinistre et de la franchise. Dans l'exemple précédent, avec une franchise à 150 € et un sinistre à 300 €, vous ne toucheriez que 150 €.
 
Prenez le temps d’interroger votre assureur et de prendre en compte les franchises de votre contrat afin d'éviter toute mauvaise surprise !  Sur vos activités, nous sommes en général en franchises absolues ; d’où l’importance de bien en fixer le montant.
 


4.    Soyez vigilants sur les conditions de garanties
 

Les conditions de garanties vous permettent de clarifier ce pour quoi vous êtes couvert… et ce pour quoi vous ne l'êtes pas ! Jean Colin souligne bien que “nos contrats couvrent tout, sauf ce qui est exclu de façon explicite”. Au contraire, d'autres assureurs ne vont couvrir que ce qui est énuméré dans une liste spécifique.
 
Il faut alors être particulièrement attentif aux exclusions. Par exemple, il est possible que votre contrat exclût les inondations qui ne sont pas issues de catastrophe naturelle ou qu'il ne vous couvre pas en cas d’effondrement de toiture lié au poids de la neige. Posez des questions, soyez exhaustifs et n'hésitez pas à aller dans le détail : cela vous permettra de posséder une bonne connaissance des risques pour lesquels vous êtes couvert.

 

 

 5. Soyez rigoureux sur vos propres déclarations
 

Si vous affirmez être à jour au niveau des normes réglementaires ou posséder certains certificats, assurez-vous régulièrement que c'est toujours le cas ! Si cela vous fait défaut le jour où l'assurance vous demande des justificatifs, vous ne serez pas remboursé : une surprise à éviter !  
Méfiez-vous également des prix trop faibles qui peuvent cacher des garanties médiocres. La recherche du prix le plus bas impacte souvent la qualité des indemnisations en cas de sinistre !
En suivant ces conseils, vous devriez être en mesure de mieux choisir parmi les offres des assureurs.